BEAU JOUEUR

Programmé à partir du mercredi 5 juin

Mercredi 27 mars

21h15 : Avant-première en présence de Delphine Gleize et des joueurs de l’Aviron Bayonnais.

France – 2019 – 1h39 – Réalisé par Delphine Gleize

Beau joueur est à la fois le roman d’un dépit amoureux et la chanson d’une reconquête. Une équipe de sportifs qui perd est une équipe qui, un jour, a gagné. Adoubé par un public dont la ferveur est réputée inégalable, l’Aviron Bayonnais revient au Top 14 sur les chapeaux de roue, emmené par un coach singulier, Vincent Etcheto. La lutte est rude, et l’Aviron est au bas du classement au mois d’octobre 2016. Le Maintien en Top 14 devient le maître mot. Une obsession…

En filmant les coulisses de l’entraînement et les moments-clés de cette saison décisive, la réalisatrice Delphine Gleize choisit la trivialité du quotidien plutôt que la légende, et porte un regard très humain, passionné et sincère, sur la fragilité et la combativité de ces joueurs¸ mais  aussi sur le sens du collectif et de la défaite…

Avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine, film accompagné par l’agence ALCA.

Rating: 4

Commentaires

Une réponse à BEAU JOUEUR

  1. Chris dit :

    Delphine Gleize avance sa caméra tout en cadrage débordement le long de la touche émotionnelle. Elle nous fait vivre, dans un groupé pénétrant d images et de son, l intérieur d une équipe de rugby unie pour le pire d’où ressort finalement le meilleur de l homme.
    Il y a du rugby dans cette réalisatrice , des rebonds inattendus et des envolées magistrales. Le rugby n est ici que prétexte, la réalisatrice plaque les clichés en allant bien au delà des fameuses valeurs de l Ovalie et du simple documentaire sportif: vous êtes un amateur invétéré de ce sport , c est l occasion de pousser la porte du vestiaire pour vivre l’intimité d’un groupe jeune et de son staff cherchant les bons ressorts pour se sortir d une situation sportive catastrophique. Si le rugby vous ennuie ,allez aussi (et surtout) voir ce film, vous n’y verrez pas une seule action de match mais vous comprendrez pourquoi ce sport dépasse l’enceinte du stade et révèle l’homme dans l’adversité.
    Dans l’insouciance d une équipe de gamins en quête de maturité pour se faire respecter en tant qu’hommes, la défaite marque. Elle meurtrit les corps, faisant apparaître encore d avantage les cicatrices qui finiront pourtant par être autant de sourires sur la peau. Ils perdent mais ils sortent
    «vaincoeurs », et c est tout le mérite de Delphine Gleize d’avoir su mettre en lumière ce paradoxe avec autant de sincérité et de simplicité. Beau joueur, beau film …allez y.

    Rating: 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.