logo cinéma l'atalante

CAPITAINE MORTEN ET LA REINE DES ARAIGNEES

Estonie, Irlande, Belgique, UK – 1h15 – 2018 réalisé par Kaspar Jancis

A PARTIR DE 5 ANS

Morten rêve de prendre le large à bord de La Salamandre, avec son père le Capitaine Vicks, mais il doit rester à terre chez l’autoritaire Annabelle. Avec son complice Stinger, Annabelle veut s’emparer du bateau de son père, persuadée qu’il cache un trésor de pirates. Pour déjouer leurs plans, Morten va être entraîné dans une aventure fantastique. Réduit à la taille d’un insecte par un magicien farfelu, c’est dans le monde de la Reine des araignées qu’il va devoir conquérir ses galons de capitaine.

Voici bien un film qui ne souffre pas des carcans d’une production qui aurait calibré un produit d’été prémâché ! Ici l’imagination est au pouvoir et les aventures s’enchaînent avec autant de liberté que d’originalité. Au détour d’un malencontreux rétrécissement, les personnages qui gravitent autour du jeune Morten se font hybrides, tantôt bienveillants, tantôt inquiétants.
Il y a une vraie dimension surréaliste à ce premier film, réalisé image par image, avec cet aspect artisanal qui finit par avoir un vrai charme. Les parents seront interpelés par les correspondances poétiques qui émaillent l’histoire, les enfants seront portés par le courage et l’astuce de Morten! A l’abordage!


Présenté hors compétition au Festival d’Annecy en 2018, Capitaine Morten et la Reine des araignées est un film réalisé en stop motion, avec des marionnettes de belle facture et bien animées. Avant de devenir un film d’animation, Capitaine Morten et la Reine des araignée fut une pièce de théâtre mêlant musique et cirque, il en reste de larges traces perceptibles grâce à la fanfare, qui accompagne les aventures de Morten. Puis cette pièce fut déclinée en un livre pour enfants au succès phénoménal en Estonie.


Kaspar JANCIS

Né en 1975, Kaspar Jancis est un metteur en scène, compositeur et scénographe Estonien. Il a débuté sa carrière artistique dans la création de courts métrages d’animations en 1999. Après plusieurs récompenses nationales pour ces nombreux courts-métrages, il obtient en 2010 le Cartoon  d’or  du  meilleur  court-métrage  d’animation  européen  avec Crocodile.  Son  travail  de  compositeur  lui  a  également  valu  la récompense de la meilleure musique de théâtre d’Estonie en 2013. Après  avoir  mené  de  front  deux  projets  en  2014,  la  composition musicale d’un court métrage d’animation et la création des décors du ballet Petrushka  pour  l’Opéra  National  d’Estonie, il démarre la production de Capitaine Morten et la reine des araignées.


Plus d’infos sur BENSHI

Un étrange film de pirates

Capitaine Morten et la Reine des araignées est d’abord un film de pirates… Comme dans toute histoire de pirates qui se respecte, on y trouve son trésor convoité, ici par l’avide Annabelle et son complice Stinger, ses épiques péripéties, ses mutineries et son naufrage sur une île déserte. Ainsi les récits du Capitaine Vicks, le père de Morten, narrés dans une langue soutenue et au riche vocabulaire, et la légende du « Borgne », l’ancêtre ayant perdu son trésor et la raison, alimentent-ils considérablement l’imagination du jeune garçon solitaire qu’est Morten.
Mais notre histoire de pirates vire au fantastique, puisque l’océan sur lequel naviguent le jeune Morten et son équipage de fortune est une mer domestique ! Les personnages-insectes voguent dans l’auberge inondée : un océan de salon, qui a davantage à voir avec l’océan de larmes d’Alice aux pays des merveilles qu’avec les mers du sud du Jim Hawkins de L’île au trésor. Existe-t-il alors pire danger à affronter que les remous d’une lessiveuse ou la tornade provoquée par les pales d’un ventilateur lancées à vive allure ? L’exploration par voie d’eau d’un lieu aussi quotidien qu’un salon, fut-il d’une autre époque, n’en devient que davantage palpitante !

Un voyage surréaliste

Morten a recyclé une longue liste d’objets pour construire son navire, qui va d’une chaussure à un crayon à papier, en passant par une boîte d’allumettes, un morceau de nappe, la vanne à volant du tuyau d’arrivée d’eau… Le détournement de ces objets lui permet d’entrer dans une autre dimension. Les objets servent d’ailleurs souvent de raccords et permettent le passage du monde « réel » au monde imaginaire. On trouve ensuite de nombreux objets-gigognes, dont la fonction première est détournée au profit d’une autre, plus fantaisiste, comme par exemple, ce phonogramme au pavillon-corolle avaleur d’homme et pondeur de beignets ! Cette façon d’utiliser les objets est proprement surréaliste… Par ailleurs, les doubles-insectes des personnages du réel se teintent d’une personnalité onirique, ce qui pourrait nous laisser penser que nous assistons au rêve de Morten. L’apparition de Lisa, dans la cale du bateau, en cocon se muant en papillon est d’abord l’incarnation du remord de Morten, qui a subitement mauvaise conscience d’avoir arraché une chenille à son milieu naturel. Puis Lisa se métamorphosera en un sublime papillon, qui aidera Morten à regarder d’un œil nouveau Elisabeth, la jeune fille du jardin. Ce jeu de miroirs surréaliste rend chacun des personnages et leurs relations plus complexes qu’en apparence. C’est ce qui fait la profondeur et la richesse de ce film surprenant !

Si l’on ajoute à tout cela, le plaisir de voir un jeune garçon s’épanouir et conquérir son rang de Capitaine, Capitaine Morten et la Reine des araignées nous semble tout à fait palpitant !

De nombreux documents d’accompagnement sont disponibles sur le site du distributeur, Septième Factory (dossier de presse, livret jeux, dossier pédagogique, fiches personnages à créer…) :

http://www.septiemefactory.com/capitaine-morten-et-la-reine-des-araignees/

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.