Dans la cour

France – 2013 – 1h37 – Réalisé par Pierre Salvadori avec Catherine Deneuve, Gustave Kervern, Feodor Atkin…

Dans-la-courAntoine est musicien. A quarante ans, il décide brusquement de mettre fin à sa carrière. Après quelques jours d’errance, il se fait embaucher comme gardien d’immeuble. Jeune retraitée, Mathilde découvre une inquiétante fissure sur le mur de son salon. Peu à peu, son angoisse grandit pour se transformer en panique : et si l’immeuble s’effondrait… Tout doucement, Antoine se prend d’amitié pour cette femme qu’il craint de voir sombrer vers la folie. Entre dérapages et inquiétudes, tous deux forment un tandem maladroit, drolatique et solidaire qui les aidera, peut-être, à traverser cette mauvaise passe…

La fragilité des êtres, la nécessité d’être utile aux autres sont des questions récurrentes dans les films de Pierre Salvadori, où l’humour est bien souvent l’élégance du désespoir. Dans LES APPRENTIS, l’une de ses plus grandes réussites, Guillaume Depardieu cherchait désespérément à retrouver le grand amour de son meilleur ami interprété par François Cluzet et dans APRES VOUS, c’est Daniel Auteuil qui faisait le bonheur de José Garcia contre son gré. DANS LA COUR s’inscrit naturellement dans ses préoccupations en mettant en scène deux personnages très différents marqués par des fêlures : un concierge, sorte de gros nounours bougon incapable de dire non incarné par Gustave Kervern et une retraitée active menacée par la dépression, qu’interprète à merveille Catherine Deneuve. Pierre Salvadori fait de ce duo improbable le moteur de cette comédie émouvante et mélancolique sur la tentation du refuge et la manière de résister à la dureté du monde…

 

> à l’Atalante du 23 avril au 6 mai

> à l’Autre cinéma du 7 au 13 mai