DIAMOND ISLAND

DIAMON ISLAND_webCambodge, France – 2016 – 1h39 en VO – Réalisé par Davy Chou avec Sobon Nuon, Cheanick Nov, Madeza Chhem…

Diamond Island est une île sur les rives de Phnom Penh transformée par des promoteurs immobiliers pour en faire le symbole du Cambodge du futur, un paradis ultra-moderne pour les riches.
Bora a 18 ans et, comme de nombreux jeunes originaires des campagnes, il quitte son village natal pour travailler sur ce vaste chantier. C’est là qu’il se lie d’amitié avec d’autres ouvriers de son âge, jusqu’à ce qu’il retrouve son frère aîné, le charismatique Solei, disparu cinq ans plus tôt. Solei lui ouvre alors les portes d’un monde excitant, celui d’une jeunesse urbaine et favorisée, ses filles, ses nuits et ses illusions…

Français d’origine cambodgienne, Davy Chou (jeune et brillant réalisateur que nous avons récemment  accueilli à l’Atalante) n’en est pas à son coup d’essai avec ce beau film sur la jeunesse de son pays. Dans le documentaire SOMMEIL D’OR, il cherchait les traces d’un cinéma cambodgien jadis florissant mais éradiqué sous la période des Khmers rouges. Il n’est pas anodin qu’il ait construit cette fiction autour d’un lieu aussi factice et sans mémoire, « Diamond Island », rêve de modernité mais aussi miroir aux alouettes, aussi brillant que standardisé. Dans une très belle mise en scène qui fait la part belle aux ambiances nocturnes, aux sons et aux couleurs, le film nous entraine dans ce tourbillon urbain et sensuel, quelque part entre le regard aigu d’un Jia Zhang-ke (THE WORLD), la mélancolie d’un Hou Hsiao Hsien et l’élégance des films de jeunesse de Coppola, dans la manière de filmer ses adolescents comme des lucioles attirées par la lumière. Une très belle découverte.