DIVINES

DivinesFrance – 2016 – 1h45 – Réalisé par Houda Benyamina avec Oulaya Amamra, Déborah Lukumuena, Jisca Kalvanda…

Dans un ghetto où se côtoient trafics et religion, Dounia a soif de pouvoir et de réussite. Soutenue par Maimouna, sa meilleure amie, elle décide de suivre les traces de Rebecca, une dealeuse respectée. Sa rencontre avec Djigui, un jeune danseur troublant de sensualité, va bouleverser son quotidien…

DIVINES a débarqué comme un ouragan sur la Croisette pour en repartir avec une Caméra d’Or. De L’ESQUIVE à BANDE DE FILLES, le cinéma nous avait pourtant offert de beaux portraits de ces filles de quartiers, tchatche et rage de vivre chevillées au corps.

Mais un tel talent explosif, incarné par ce duo inédit façon Laurel et Hardy, rarement. Dès les premières images, DIVINES nous entraîne dans un tourbillon de blagues et de répliques lancées à toute vitesse par ces deux petites ados qui n’ont peur de rien et n’hésitent pas à se frotter aux caïds (féminins) de la cité.

Houda Benyamina, n’est pas du sérail, c’est son premier long et elle fait preuve d’une sacrée trempe. Elle a mis tout son instinct et son talent au service de ce récit d’amitié à la vie à la mort et le porte à un point d’incandescence rare, brassant tous les codes des films de gangsters. On pardonnera donc au film ses petites maladresses et ses excès, pour saluer l’énergie, la fraîcheur et l’émotion de ce film, porté par deux actrices débutantes et formidables : Oulaya Amamra et Déborah Lukumuena …

Avant-première Mardi 30 août à 21h à l’Atalante