FAUTE D’AMOUR

Russie, France – 2017 – 2h07 en VO – Réalisé par Andreï Zvyagintsev avec Maryana Spivak, Alexey Rozin, Matvey Novikov, Marina Vasilyeva, Andris Keishs…

 Boris et Genia sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Genia fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser. Aucun des deux ne semble avoir d’intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu’à ce qu’il disparaisse…

Révélé par LE RETOUR, Lion d’Or de Venise en 2003, Andreï Zvyagintsev s’est imposé depuis comme un grand portraitiste de la Russie contemporaine. Dans ELENA, le cinéaste observait le sort d’une femme prête à tout pour assurer l’avenir de sa famille, alors que le très métaphorique LEVIATHAN faisait la peinture magistrale d’une société gangrenée par l’alcool, le népotisme et la corruption. Dans FAUTE D’AMOUR, présenté en compétition au dernier Festival de Cannes, l’optimisme n’est pas non plus au rendez-vous et la démonstration se fait tout aussi implacable : enfants esseulés, adultes sans conscience, désagrégation des rapports sociaux. Mais ce qui frappe au premier plan dans ce regard d’une grande noirceur, c’est la force de la mise en scène, qui donne toute sa puissance à ce drame poignant du désamour. Le destin du jeune Aliocha, dont l’effacement est suggéré dans une magnifique ellipse, devenant alors le symbole de l’absence de sentiments qui a gagné tout un pays…


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *