GENTE DE BIEN

 

GentedebienColombie – 2013 – 1h27 en VO – Réalisé par Franco Lolli avec Brayan Santamaria, Carlos Fernando Pérez, Alejandra Borrero…

Eric, 10 ans, se retrouve à vivre du jour au lendemain avec Gabriel, son père qu’il connaît à peine. Voyant que l’homme a du mal à construire une relation avec son fils et à subvenir à leurs besoins, Maria Isabel, la femme pour laquelle Gabriel travaille comme menuisier, décide de prendre l’enfant sous son aile…

L’expression « gente de bien » a une double connotation en espagnol : elle peut faire référence aux « gens bien » comme aux personnes fortunées. C’est sur cette double acception que joue le premier film de Franco Lolli, qui montre aussi comment les meilleures intentions du monde peuvent produire le contraire des effets espérés.

En dressant le portrait subtil et tendre du trio regroupant l’enfant, son père et leur « bienfaitrice », Franco Lolli, signe une belle fable morale sur le sentiment d’imposture, l’impression ne pas être à sa place dans un groupe social auquel on n’appartient pas, en l’occurrence ici le milieu bourgeois au sein duquel le jeune Eric fait vite figure de vilain petit canard.

Tout en s’appuyant sur ce contexte et en évitant les discours faciles, le film raconte avant tout la difficulté pour un père et son fils d’arriver à se trouver et à s’apprivoiser mutuellement. GENTE DE BIEN montre de manière émouvante, quel que soit le lien familial ou social imposé, il faut qu’à un moment un choix s’opère : on aime bien que lorsqu’on choisit d’aimer…

> du 18 mars au 7 avril à l’Autre Cinéma