HAPPY END

France, Autriche – 2017 – 1h47 – Réalisé par Michael Haneke avec Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant, Mathieu Kassovitz, Fantine Harduin, Frantz Rogowski…

« Tout autour le Monde et nous au milieu, aveugles. » Instantané d’une famille bourgeoise européenne…

Ces deux phrases lapidaires résument bien l’esprit du dernier film de Michael Haneke, portrait d’une riche famille industrielle de Calais qu’on pourrait aisément qualifier de dysfonctionnelle. Cinq ans après AMOUR et sa Palme d’Or, le cinéaste autrichien réunit à nouveau Isabelle Huppert et Jean-Louis Trintignant, cette fois-ci au centre d’une comédie cynique, très actuelle et dérangeante.

Partant du postulat que c’est dans le confort feutré de la bourgeoisie que se montre le plus volontiers le refoulé de toute une société, HAPPY END, film au titre ô combien ironique, déroule toutes les obsessions du cinéaste, autour de ce microcosme où tout le monde veut en finir avec la vie, avec les autres, avec l’amour filial, paternel ou maternel.

Haneke met en scène la destruction de cette famille déconnectée des réalités sociales et s’amuse à l’orchestrer en utilisant les nouveaux outils de capture d’image et les réseaux sociaux. Ce portrait au vitriol pourrait sembler distant si Haneke n’avait décidé de le situer en bordure de la jungle de Calais, plaçant ainsi intelligemment la question des réfugiés et des migrants en fond, comme un mur de résonances…


 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *