LA PEAU DE BAX

la_peau_de_baxPays-Bas – 2015 – 1h36 en VO – Réalisé par Alex Van Warmerdam avec Tom Dewispelaere, Alex Van Warmerdam, Maria Kraakman…

Le matin de son anniversaire, Schneider, tueur à gages et père de famille dévoué, est missionné pour abattre Ramon Bax. Écrivain solitaire vivant au milieu des marécages, c’est une cible facile. Schneider accepte, il sera rentré pour dîner. Mais la tâche se révèle plus compliquée que prévue…

Le néerlandais Alex Van Warmerdam avait révélé son sens du surréalisme et de l’absurde avec LES HABITANTS, sorti en 1995, puis avec BORGMAN, fantaisie noire à l’humour corrosif. Il réitère avec LA PEAU DE BAX, thriller aux accents de western dans l’esprit des frères Coen. Le décor, en soit, est déjà remarquable, une bicoque blanche plantée au milieu des marécages, transposition du bayou américain dans un paysage hollandais.

C’est là, dans la lumière blanche et minérale que vont se livrer à une partie de cache-cache deux tueurs pour le moins atypiques, dans un duel aussi tendu qu’hilarant. Alex Van Warmerdam a le don de nous emmener de surprise en surprise dans cette comédie noire qui prend parfois des allures de slapstick, coincidences, bévues, erreurs de timing s’enchaînant à un rythme infernal.

La galerie de personnages est assez réjouissante, le réalisateur incarnant lui-même le rôle de l’écrivain bougon, cocaïnomane et misanthrope. Amoral à souhait, ce thriller efficace tire à boulets rouges sur les valeurs de la famille, en dynamitant les notions de bien et de mal…