La Vie d’Adèle

France-2013-2h59 Réalisé par Abdellatif Kechiche avec Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos, Salim Kechiouche, Mona Walravens…
Palme d’or au festival de Cannes 2013

Librement adapté de la bande-dessinée Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh (Glénat)
la-vie-d-adele
À 15 ans, Adèle ne se pose pas de question : une fille, ça sort avec des garçons. Sa vie bascule le jour où elle rencontre Emma, une jeune femme aux cheveux bleus, qui lui fait découvrir le désir et lui permettra de s’affirmer en tant que femme et adulte. Face au regard des autres Adèle grandit, se cherche, se perd, se trouve…
On savait depuis L’esquive et La graine et le mulet qu’Abdellatif Kechiche excellait à décrire des personnages à fleur de peau et à la langue bien pendue. On savait aussi que ces personnages étaient féminins, d’une féminité adolescente, bouillonnante, incontrôlée. On retrouve cette passion et cette intensité chez Adèle et Emma. Leur rencontre fait des étincelles parce qu’elles sont à la fois très différentes, elles ne sont pas issues du même milieu social, mais aussi semblables dans la foi qu’elles ont en elles-mêmes, dans leur façon de ne pas douter de leur instinct. Les deux personnages sont magnifiques de simplicité et d’abnégation, les deux jeunes femmes partagent une force et une beauté insouciantes qui les rendent bouleversantes. Le film échappe au discours militant sur l’homosexualité pour se concentrer sur la naissance et l’épanouissement de leur histoire d’amour, puis sur le vide abyssal que représente la rupture. Un des enjeux majeurs du film est de capter la beauté des corps, nus et enlacés aussi bien que dans les scènes de groupe, au lycée, confrontés au regard des autres. Cette recherche plastique procure une force et une ivresse au récit. On ressort du film en se demandant si nous aurions la chance de découvrir les chapitres suivants de la vie d’Adèle, si elle pouvait devenir à Abdellatif Kechiche ce qu’Antoine Doinel était à François Truffaut, un personnage récurrent, un prisme à travers lequel il voyait et racontait la vie et le monde.

L’Autre Cinéma >du 30 octobre au 19 novembre