LE MEILLEUR DE LA QUINZAINE

Durant 14 jours, 50 salles de cinéma en France, adhérentes au Groupement des Cinémas de Recherche, proposent un choix de films que la Quinzaine des Réalisateurs a mis en avant lors du Festival de Cannes 2017. Section parallèle du Festival créée par la Société des réalisateurs de films (SRF), la Quinzaine des Réalisateurs a pour objectif de découvrir les films de jeunes auteurs et de saluer les œuvres de réalisateurs connus.

Les salles qui participent à cette huitième édition défendent l’idée d’un cinéma indépendant fondé sur la diversité, la proximité et l’animation. Chacune tente d’inventer des passerelles entre les œuvres et leur public en gardant comme ligne d’horizon le plaisir du cinéma comme matière vivante, complexe et riche. Nous vous invitons à découvrir cette année trois œuvres d’auteurs, singulières et éclectiques, parmi les vingt films présents dans cette sélection.

En partenariat avec Les Inrockuptibles.


UN BEAU SOLEIL INTÉRIEUR

France – 2017 – 1h34 – Réalisé par Claire Denis avec Juliette Binoche, Xavier Beauvois, Philippe Katerine, Nicolas Duvauchelle, Bruno Podalydès, Paul Blain… 

Isabelle, divorcée, un enfant, cherche un amour. Enfin un vrai amour…

Comédie amoureuse et comédie de mœurs,  UN BEAU SOLEIL INTERIEUR opère une petite révolution dans la filmographie très singulière de Claire Denis. Lointainement inspiré des FRAGMENTS D’UN DISCOURS AMOUREUX, le film emprunte un peu sa forme fragmentée, avec ses ellipses et la sensation de dérive des sentiments des dialogues et des personnages. Le côté très affûté et parfois acerbe de l’écriture renvoie aussi à la collaboration avec Christine Angot, qui réussit parfaitement à restituer par ces mots le caractère doux et cruel, parfois trivial de cette étude amoureuse. L’autre complice de cette aventure, c’est évidemment la comédienne Juliette Binoche, qui irradie de sensualité à chaque plan et s’abandonne sous le regard de la réalisatrice et de sa chef opératrice préférée Agnès Godard. La trajectoire de ce personnage en quête d’amour, ballottée de désillusion en désillusion, mais toujours vaillante, est le moteur de cette comédie douce-amère, qui s’achève par une belle éclaircie dans une dernière séquence malicieuse…

Avant-première, mardi 26 septembre à 20h45.


 


PATTI CAKE$

Etats-Unis – 2017 – 1h49 en VO – Réalisé par Geremy Jasper avec Danielle Macdonald, Siddarth Dhananjay, Bridgett Everett, Mamoudou Athie, Cathy Moriarty..

Patricia Dombrowski, alias Patti Cake$, a 23 ans. Elle rêve de devenir la star du hip-hop, rencontrer O-Z, son Dieu du rap et surtout fuir sa petite ville du New Jersey et son job de serveuse dans un bar miteux. Elle doit cependant s’occuper de Nana, sa grand-mère qu’elle adore, et de Barb, sa mère, une chanteuse ratée et totalement instable. Un soir, au cours d’une battle sur un parking, elle révèle tout son talent de slammeuse. Elle s’embarque alors dans une aventure musicale avec Jheri, son meilleur ami et Basterd, un musicien mutique et asocial…

Comédie indé par excellence, PATTI CAKE$  présente tous les atouts du « feel good movie » musical, avec ses personnages hauts en couleurs et son optimisme sincère et contagieux. Le charme du film – porté en grande partie par l’énergie communicative de son interprète principale Danielle McDonald, qui a consacré deux à apprivoiser le flow du rap – tient au regard à la fois lucide et tendre que le réalisateur pose sur cette Amérique des déclassés, entre white trash et culture bling-bling …

Jeudi 21 septembre à 20h45, séance précédée d’un apéro hip-hop à partir de 20h


 


JEANNETTE, L’ENFANCE DE JEANNE D’ARC

France – 2017 – 1h45 – Réalisé par Bruno Dumont avec Aline Charles, Elise Charles, Jeanne Voisin…

Domrémy, 1425. Jeannette n’est pas encore Jeanne d’Arc, mais à 8 ans elle veut déjà bouter les anglais hors du royaume de France. Inspirée du « Mystère de la charité de Jeanne d’Arc » (1910) et de « Jeanne d’Arc » (1897) de Charles Péguy, la JEANNETTE de Bruno Dumont revisite les jeunes années d’une future sainte sous forme d’un film musical à la BO électro-pop-rock signée Gautier Serre, alias Igorrr et aux chorégraphies signées Philippe Decouflé…

Porté par les succès de MA LOUTE et de l’excellent P’TIT QUINQUIN, Bruno Dumont donne libre cours à sa créativité avec cette œuvre radicale et audacieuse qui ne laissera pas indifférent. A la fois très respectueux du texte originel de Péguy et complètement fou dans ses partis pris rock n’roll de mise en scène, JEANNETTE est un véritable ovni, une comédie musicale où la grâce côtoie en permanence le trivial et la pureté, le comique…


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *