L’Edito du mois

Epopées japonaises

Quel rapport entre le délicat SENSES, premier long-métrage de Ryusuke Hamaguchi, et le trépidant L’ILE AUX CHIENS, neuvième film du surdoué Wes Anderson ? Assez mince à vrai dire, si ce n’est leur absolue singularité, leur ancrage très japonais et une façon très personnelle de commenter leur époque.

SENSES, est le premier « bébé » de la nouvelle société de distribution Art House films, qui fait le pari ambitieux de sortir en salles cette œu vr e d’une durée peu commune, redécoupée en cinq épisodes et présentée en plusieurs volets à trois semaines d’intervalle. Le concept est séduisant et le film l ’esttout autant, par ses allures d’épopée intime et sa manière de s’approcher au plus près des êtres et de leurs affects (on aura ainsi l’impression au terme de ces 5h17 d’avoir partagé quelque chose de précieux avec ces personnages de fiction que sont Jun, Akari, Sakurako et Fumi). En guise de lancementde cette expérience inédite proposée au spectateur, nous vous convions à une soirée spéciale « Immersion Japon », le samedi 5 mai. Au programme : projection du film dans son intégralité, plaisirs culinaires et découvertes littéraires avec la participation de la notre librairie partenaire.
Avec L’ILE AUX CHIENS, Wes Anderson revient à l’animation neuf ans après le génial FANTASTIC M.FOX et invente une fable d’anticipation et d’aventures aux ramifications politiques qui se veut, aussi, et avant tout, un hommage au cinéma japonais des années 60 (jusque dans sa fabrication, puisqu’il s’est inspiré de son idole Akira Kurosawa pour écrire le film à plusieurs mains, comme des maîtres de l’estampe japonaise pour les décors).
Prendre le temps avant l’effervescence de Cannes, c’est un peu l’idée de ce programme qui couvrira seulement trois semaines, pour être plus réactif aux films qui sortiront dans la foulée du festival. C’est EVERYBODY KNOWS le dernier film de l’Iranien Asghar Farhadi (UNE SEPARATION, LE PASSE), qui ouvrira le bal le 8 mai, pour une incursion sur la péninsule ibérique, avec le duo Pénélope Cruz et Javier Bardem…
PS : en parlant de Japon, nous sommes très tristes de la disparition à 82 ans du grand Isao Takahata, cofondateur des studios Ghibli et auteur des inoubliables TOMBEAU DES LUCIOLES, POMPOKO, MES VOISINS LES YAMADA et de tant de chefs-d’œuvres…

Sylvie