logo cinéma l'atalante

L’HOMME QUI TUA DON QUICHOTTE

Les horaires :

mer. 23 mai jeu. 24 mai ven. 25 mai sam. 26 mai dim. 27 mai lun. 28 mai mar. 29 mai
21:00

Ces horaires s'affichent automatiquement sur 7 jours glissants. Cliquez ici pour plus d'horaires.

Vendredi 25 mai à partir de 20h 

Soirée d’information autour du projet

Nous vous proposerons cette fin de saison plusieurs temps d’échanges pour faire le bilan de la saison écoulée sur la salle unique et bien sûr parler de l’avenir et de l’ouverture à la rentrée de la future maison du cinéma. Premier rendez-vous autour du film aussi fou qu’enthousiasmant de Terry Gilliam et d’un apéro offert aux adhérents…

20h : Apéro sangria-tortilla (offert aux adhérents)

21h : Echanges dans la salle suivis de la projection du film L’Homme qui tua Don Quichotte (voir résumé dans la gazette).

Angleterre – 2018 – 2h11 en VO – Réalisé par Terry Gilliam avec Jonathan Pryce, Adam Driver, Olga Kurylenko, Stellan Skarsgard, Rossy de Palma, Sergi Lopez…

Toby, un jeune réalisateur de pub cynique et désabusé, se retrouve pris au piège des folles illusions d’un vieux cordonnier espagnol convaincu d’être Don Quichotte. Embarqué dans une folle aventure de plus en plus surréaliste, Toby se retrouve confronté aux conséquences tragiques d’un film qu’il a réalisé au temps de sa jeunesse idéaliste: ce film d’étudiant adapté de Cervantès a changé pour toujours les rêves et les espoirs de tout un petit village espagnol…

On pensait le projet maudit et enterré à jamais, sous l’avalanche de démêlés judiciaires et de catastrophes qui auraient eu raison de la volonté de son réalisateur. Un projet fou dont le tournage épique et inachevé  avait été retracé dans le fameux documentaire LOST IN LA MANCHA. Et voilà que vingt ans après le film renaît de ses cendres, avec d’autres acteurs, un scénario maintes fois réécrit, et toujours Terry Gilliam aux manettes, pour une présentation prévue en clôture de Cannes, à moins que… le roman ne semble toujours pas terminé… Malgré tous ses déboires, l’ex-Monty Python et génial réalisateur de BRAZIL et de L’ARMEE DES DOUZE SINGES a donc réussi à porter l’œuvre de Cervantès au cinéma, à sa manière fantasque et débridée. Les premières images laissent présager une adaptation libre et un film halluciné, entre humour et aventures, présent et passé, rêve et réalité…


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *