LOLA PATER

France – 2017 – 1h34 – Réalisé par Nadir Moknèche avec Fanny Ardant, Tewfik Jallab, Nadia Kaci…

A la mort de sa mère, Zino, fils d’immigrés algériens, décide de retrouver son père, Farid. Mais, il y a 25 ans, Farid est devenu Lola…

A lire ce court résumé, on pourrait craindre le pire, s’attendre à une comédie graveleuse, un mauvais vaudeville ou une tragédie pesante. Or LOLA PATER, le dernier film de Nadir Moknèche (VIVA LALDJERIE, DELICE PALOMA) n’est rien de tout cela : c’est plutôt une comédie dramatique, qui navigue sur une ligne de crête pour traiter d’au moins deux sujets tabous, en particulier dans la communauté musulmane et bien au-delà : les personnes transgenres et l’homosexualité.

La belle idée du film, surprenante de prime abord, est d’avoir confié le rôle de Lola à Fanny Ardant, qui insuffle à ce personnage son tempérament flamboyant, son humour et son goût du tragique sans tomber dans la caricature ou dans l’excès. La partition délicate qu’elle joue avec le jeune acteur Tewfik Jallab tire le film vers une note sensible, sur le thème très universel de la réconciliation, dans une approche très différente de celle de Sebastian Lelio avec UNE FEMME FANTASTIQUE …


 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *