logo cinéma l'atalante

Ouverture du Cycle Cinéma Chinois

Vendredi 22 Juin

Ouverture du cycle cinéma chinois :

18h30 : Les anges portent du blanc
20h15 : Buffet chinois
21h15 : Have a nice day.
Tarif 2 films : 8€ adhérents / 10€ tarif plein

Have a Nice Day

Chine – 2017 – 1h16 en VO – Réalisé par Liu Jian

Un homme, ayant volé une grosse somme d’argent à son patron est poursuivi par un tueur à gages, puis bientôt par bien d’autres gens attirés par l’appât du gain…

Ce polar animé au scénario aussi noir que caustique nous fait suivre les pérégrinations d’une série de personnages autour d’une malle de billets. Ici, le plaisir réside moins dans la prouesse technique (comme TÉHÉRAN TABOU, le film est réalisé en rotoscopie, tout en jouant avec les références picturales à la culture populaire) que dans l’enchaînement un peu absurde des situations, à la manière d’un « Fargo de l’empire du Milieu », le tout porté par la bande-son dynamique du Shanghai Restoration Project. On ne s’étonnera pas que la présentation de ce film au Festival du film d’animation d’Annecy ait provoqué quelques remous auprès des autorités chinoises, au vu de sa liberté de ton et de sa peinture sarcastique de la corruption à tous les étages…


Les anges portent du blanc

Chine – 2017 – 1h47 en VO – Réalisé par Vivian Qu avec Wen Qi, Zhou Meijun, Ke Shi, Geng Le, Liu Weiwei… 

Dans une modeste station balnéaire, deux collégiennes sont agressées par un homme d’âge mûr dans un motel. Mia, l’adolescente qui travaillait à la réception est le seul témoin. Elle ne dit rien par crainte de perdre son emploi. Par ailleurs, Wen, l’une des victimes, 12 ans, comprend que ses problèmes ne font que commencer…

Repéré au Festival des Trois continents de Nantes, ce film, signé d’une cinéaste chinoise, ne viendra pas contredire la difficulté d’être une jeune femme dans un monde régulé par le pouvoir des hommes et de l’argent. Sous l’âpreté du propos et la trajectoire morale de ces personnages que l’on pourrait imaginer tout droit sortis de l’univers des Dardenne, se révèle un vrai regard poétique et une empathie qui viennent adoucir le propos, et laissent espérer une émancipation possible pour ces jeunes filles, dont Vivian Qu nous fait partager le courage comme les ambiguïtés…


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.