PHOENIX

 

PhoenixAllemagne – 2014 – 1h50 en VO – Réalisé par Christian Petzold avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld, Nina Kunzendorf…

Juin 1945. Grièvement défigurée, la chanteuse Nelly Lenz, seule survivante d’une famille déportée à Auschwitz, retourne dans un Berlin sous les décombres. Elle est accompagnée de sa fidèle amie, Lene, employée de l’Agence Juive. Tout juste remise d’une opération de reconstruction faciale, Nelly part à la recherche de son mari, Johnny, malgré les mises en garde suspicieuses de Lene. Johnny est convaincu que sa femme est portée disparue. Quand Nelly retrouve sa trace, il ne voit qu’une troublante ressemblance et ne peut croire qu’il s’agit bien d’elle. Dans le but de récupérer son patrimoine familial, Johnny lui propose de prendre l’identité de sa défunte épouse. Nelly accepte et devient son propre double. Elle veut savoir si Johnny l’a réellement aimée ou s’il l’a trahie…

Christian Petzold reforme le couple de son précédent film BARBARA, Nina Hoss et Ronald Zehrfeld, pour nous plonger dans une  fiction hautement romanesque et troublante située dans l’immédiat après-guerre.

La force de cette histoire d’amour, abracadabrante au premier abord, est de reposer sur un postulat purement cinématographique. On pense évidemment au fameux VERTIGO/SUEURS FROIDES  – avec des points de vue inversés –  dans ce processus de transformation (Phoenix est d’ailleurs le nom de la ville où démarre le film d’Hitchcock).

Grand film sur l’aveuglement et le déni, PHOENIX raconte aussi par le biais d’une mise en scène à la fois classique et très précise, la renaissance d’une femme dont l’identité a été brisée, comme l’illustre la magnifique scène finale de ce  film, récompensé par le Prix la Critique au dernier Festival de Saint Sébastien…

>à l’Atalante du 28 janvier au 4 février