logo cinéma l'atalante

RAZZIA

Maroc – 2017 – 1h59 en VO – Réalisé par Nabil Ayouch avec Maryam Touzani, Arieh Worthalter, Dounia Binebine, Amine Ennaji, Abdelilah Rachid…

A Casablanca, entre le passé et le présent, cinq destinées sont reliées sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes mais une même quête de liberté. Et le bruit d’une révolte qui monte…

Après MUCH LOVED, Nabil Ayouch revient en force avec un film magistral. Cinéaste engagé doté d’une poignante sensibilité à l’humain, il signe une œuvre très ambitieuse par son ampleur et sa puissance expressive. Une audace formelle entrecroisant cinq récits et deux époques, autour de personnages qui se croisent sans se rencontrer vraiment. Film puzzle captivant et acte politique fort, RAZZIA tisse sa toile avec une grande intensité. Et le regard à la fois affectueux et acéré de Nabil Ayouch sur le Maroc contemporain et sur le tumulte de Casablanca est autant un appel à l’éveil positif, à la persévérance et à la renaissance, qu’une sirène d’alarme face aux failles et aux contradictions qui vont s’accentuant. Dans cette société tiraillée entre conservatisme rigoureux et modernité, ce sont souvent les femmes et les minorités qui paient le prix fort, mais leur courage, à l’image de celui de la belle Salima, est aussi une belle leçon d’espoir face à l’intolérance qui s’installe un peu partout. Un film nécessaire, qui emporte et captive de bout en bout…


Rating: 4

Commentaires

4 réponses à RAZZIA

  1. nechadi dit :

    bonjour, je voudrais réserver 3 billet pour laséance de Razzia le samedi 10 mars.

    Rating: 3
    • Simon Blondeau dit :

      Bonjour Sabrine, les préventes de places pour nos séances se font directement à la caisse du cinéma (9h>20h30) ou par téléphone (0559557663) en réglant avec un carte bleue. Effectivement, il est plus prudent de prendre vos places à l’avance pour cette belle soirée qui s’annonce. Bien à vous.
      Simon Blondeau

  2. zara dit :

    en changeant de ville en passant de Marrakech la défigurée à Casablanca la constante, Nabil Ayouch s’attaque aux vraies problématiques de la sociéte marocaine, irrémédiablement biaisée par la généralisation de la langue arabe colportée par des étrangers il y a 30 ans , la mise à l’écart de la moitié de la population, du désert humain qui en résulte avec son désespoir et ses violences. Grand film

    Rating: 4
  3. Sohie dit :

    un film magnifique, de beaux personnages, on ressent l’amour qu’ils ont pour leur pays et en même temps tout le questionnement intérieur sur le futur de leur pays. Message Fort qui devrait en interpeller plus d’un.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *