CONFERENCE CLAUDE LABAT

Samedi 4 septembre

17h30, conférence de Claude Labat sur le thème « En Pays basque les démons sont de chair et d’os » (J.F. Tobar Arbulu). Tarif unique : 3€

Suivie d’une signature de son dernier livre Chasse aux sorcières, Manigances & Sarabande en partenariat avec la librairie Elkar.

« En Pays basque, les démons sont de chair et d’os » : c’est  le titre de la conférence qui sera organisée au moment où aura lieu la projection du film « Les Sorcières d’Akelarre » de Pablo Agüero. Disons-le clairement, ce film a une force étonnante tant au point de vue esthétique que pour avoir montré la « fascination réciproque » qui existait entre le juge et les accusées. En revanche, la conférence aborde ces affaires du  début du 17e siècle en insistant sur l’iniquité des juges français ou espagnols, le Labourd et la Navarre furent traité de façon scandaleuse. Heureusement, plusieurs personnes se sont soulevées et l’Inquisition de Navarre est la premièMarionre à arrêter définitivement les procès de sorcellerie diabolique en Europe !

La conférence aborde la lutte contre des clichés qui, depuis le 19e siècle, donnent de la sorcellerie une image simpliste en prenant le juge Pierre de Lancre pour un fou et un dépravé. De même, il est primordial de prendre en compte les manigances des nobles qui demandent à Henri IV d’envoyer une enquête au Labourd pour accuser des innocents femmes, hommes, jeunes et enfants. En effet, la sorcellerie était alors un crime de lèse-majesté envers le roi et l’Église. Aujourd’hui, malgré la rareté des archives du côté français on arrive à cerner plusieurs raisons qui ont décidé Henri IV à intervenir en Pays basque. Les historiens disent que la commission d’enquête était destinée à faire un rideau de fumé (!) pour cacher les opérations que le roi avait préparées à Paris. Enfin, l’épidémie de sorcellerie du Labourd s’est propagée en Navarre, ce qui prouve que ce drame humain cachait une dimension internationale.

Claude Labat

 

 

Avec le soutien de l’Institut Culturel basque