Grigris

Tchad, France -2013 – 1h41 – Réalisé par Mahamat-Saleh Haroun avec Souleymane Deme, Anaïs Monory, Cyril Guei, Marius Yelolo…
Grisgris-Affiche
Souleymane, dit Grigris, aide son beau-père dans sa modeste échoppe de « tailleur-photographe », et le soir venu, en dépit de sa jambe paralysée, se transforme en Travolta local dans les boîtes de N’Djamena. Deux événements vont soudain bouleverser son existence. La maladie de son beau-père, qui le contraint, pour payer les frais élevés d’hospitalisation, de rejoindre un gang de trafiquants d’essence. Et la rencontre miraculeuse avec Mimi, une jeune métis à la beauté déliée, qui fait commerce de son corps dans les boîtes de la capitale…
Après UN HOMME QUI CRIE et DARATT, UNE SAISON SECHE, le cinéaste tchadien Mahamat-Saleh Haroun s’immerge dans la vie nocturne de la capitale N’Djamena, dans une fiction qui tient à la fois du thriller, de la romance et du conte plein d’espérance. La dureté de cet univers dans lequel se débattent deux être marginaux, ostracisés l’un par son handicap et l’autre par sa couleur de peau, n’empêche par le film d’être traversé par un élan continu et une fougue irréductible, à l’image du corps de Souleymane Deme, véritable danseur prodige qui donne toute sa force documentaire à cette histoire. Des bas-fonds de la capitale à la lumière d’un petit village où les personnages trouveront leur salut et la solidarité des femmes, GRIGRIS peint le portrait d’une Afrique cabossée mais vaillante, sans misérabilisme et sans hypocrisie…

L’Atalante> du 10 au 23 juillet