La Loi de Téhéran

La

Iran | 2020 | 2h11 en VO | Réalisé par Saeed Roustayi avec Peyman Maadi, Navid Mohammadzadeh

En Iran, la sanction pour possession de drogue est la même que l’on ait 30 g ou 50 kg sur soi : la peine de mort. Dans ces conditions, les narcotrafiquants n’ont aucun scrupule à jouer gros et la vente de crack a explosé. Bilan : 6,5 millions de personnes ont plongé. Au terme d’une traque de plusieurs années, Samad, flic obstiné aux méthodes expéditives, met enfin la main sur le parrain de la drogue Nasser K. Alors qu’il pensait l’affaire classée, la confrontation avec le cerveau du réseau va prendre une tout autre tournure…

Polar noir et intense, LA LOI DE TÉHÉRAN est un film saisissant à bien des égards : d’abord, par la vision implacable qu’il offre d’une ville en pleine déshérence, minée par le crack et la misère (avec des séquences impressionnantes sur les bas-fonds de Téhéran), mais aussi par ses qualités intrinsèques de thriller immersif mené tambour battant. Le duo flic/voyou est particulièrement réussi, et si le film semble très documenté (on s’étonne même qu’il ait pu passer les fourches caudines de la censure), le traitement est bien celui du film noir, avec une alternance de scènes d’actions et de huis clos à l’intérieur de la prison. Il y a quelque chose de dostoïevskien et de terriblement désabusé dans le regard du réalisateur, qui n’empêche pas l’empathie pour les personnages et un vrai plaisir de spectateur devant tant de maestria…