Les Séminaristes

LesSK | 2021 | 1h20 | Réalisé par Ivan Ostrochovský avec Samuel Skyva, Samuel Polakovič, Milan Mikulčík, Vladimír Strnisko, Vlad Ivanov

En Tchécoslovaquie au début des années 1980, le régime communiste musèle l’église. Deux jeunes séminaristes devront choisir entre la soumission à la police secrète, ou une fidélité à leurs convictions qui pourrait leur coûter la vie…

La première chose qui frappe en découvrant LES SEMINARISTES, c’est son incroyable beauté plastique : noir et blanc somptueux, angles étranges et atmosphère quasi onirique, quelques plans suffisent pour installer une atmosphère de mystère et de menace diffuse. Et si l’opacité de l’intrigue et les ellipses narratives peuvent désarçonner de prime abord, on est saisis par le lyrisme formel qui n’est pas sans rappeler le IDA ou le COLD WAR de Pawel Pawlikowski. Divine ou infernale, la lumière magnifiquement travaillée de Ivan Ostrochovský (et son directeur de la photographie Juraj Chlpík) renvoie à un affrontement entre le bien et le mal, brouillé ici par les liens obscurs entre l’Eglise et le pouvoir politique. LES SEMINARISTES « parle d’un totalitarisme qui s’apprête à avaler un monde entier et menace de le plonger dans la nuit » (Le Polyester). Hypnotique et marquant.