Serre Moi Fort

Serre

France | 2021 | 1h37 | Réalisé par Mathieu Amalric avec Vicky Krieps, Arieh Worthalter, Anne-Sophie Bowen-Chatet, Sacha Ardilly, Juliette Benveniste, Aurèle Grzesic…

Sélection Officielle, Cannes première – Festival de Cannes 2021

Ça semble être l’histoire d’une femme qui s’en va.

Après TOURNEE et BARBARA, Mathieu Amalric passe à nouveau derrière la caméra avec ce beau film qui dessine le troublant portrait d’une famille disloquée, entre passé et présent, rêve et réalité. Il faudrait en dévoiler le moins possible, pour préserver l’émotion brute du film, et garder intact le mystère de cette histoire aux allures de chasse au trésor – ou de puzzle aux pièces manquantes. Cela pourrait ressembler à un thriller, tant le film est parsemé d’indices et troué de secrets, de détails signifiants ou de fausses pistes. Mais c’est aussi plus que cela, tant le film ouvre sur des sentiments vertigineux, en nous faisant toucher de près l’intimité et le désarroi de ses personnage, incarnés par Arieh Worthalter (le père dans GIRL) et par l’excellente Vicky Krieps – découverte dans PHANTOM THREAD de Paul Thomas Anderson, et à l’affiche du dernier film de Mia Hansen-Love, BERGMAN ISLAND –, dont le jeu atteint ici une intensité rare. SERRE-MOI FORT, ce ne pourrait être que cela : un titre intrigant, le besoin puissant d’une étreinte, et le visage solaire et bouleversant de Vicky Krieps…