Si le vent tombe

France, Arménie, Belgique | 2020 | 1h40 en VOstf | Réalisé par Nora Martirosyan avec Grégoire Colin, Hayk Bakhryan

Label Cannes 2020

Alain, un auditeur international, vient expertiser l’aéroport d’une petite république autoproclamée du Caucase afin de donner le feu vert à sa réouverture. Edgar, un garçon du coin se livre à un étrange commerce autour de l’aéroport. Au contact de l’enfant et des habitants, Alain découvre cette terre isolée, et risque tout pour permettre au pays de s’ouvrir…

Les plus belles fictions sont parfois rattrapées par la réalité : l’actualité a mis un coup de projecteur brutal sur la région du Haut-Karabagh, enclave située entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, difficile à situer sur la carte du monde. C’est cette république sans existence juridique mais qui est pourtant bien là, peuplée d’habitants et de rêves, que filme la réalisatrice Nora Martirosyan. Et ce n’est pas l’un des moindres pouvoirs du cinéma que de faire exister à nos yeux ce petit territoire, symbolisé par cet aéroport à l’arrêt, soumis à l’autorisation d’un visiteur impuissant mais de bonne volonté (Grégoire Colin, magnifique). Par sa poésie teintée d’absurde, la beauté de ces paysages, la douceur du regard posé sur ses habitants, SI LE VENT TOMBE esquisse un pas vers la reconnaissance de ce pays à la fois imaginaire et bien réel…