Tromperie

Tromperie

France | 2021 | 1h45 | Réalisé par Arnaud Desplechin avec Denis Podalydès, Léa Seydoux, Anouk Grinberg, Emmanuelle Devos, Rebecca Marder, Madalina Constantin…

Londres, 1987. Philip est un écrivain américain célèbre exilé à Londres. Sa maîtresse vient régulièrement le retrouver dans son bureau, qui est le refuge des deux amants. Ils y font l’amour, se disputent, se retrouvent et parlent des heures durant ; des femmes qui jalonnent sa vie, de sexe, d’antisémitisme, de littérature, et de fidélité à soi-même. Commence alors une danse chaloupée, circulaire et envoûtante, d’un automne à l’été, rythmée par la polyphonie des mots que l’on dit et des confessions que l’on écoute…

Élégance, beauté, intelligence. Ce sont les premiers mots qui nous viennent à l’esprit pour dire notre émotion devant le dernier film d’Arnaud Desplechin, adaptation longtemps rêvée du grand écrivain américain Philip Roth, disparu en 2018. Étrangement, c’est peut-être en portant à l’écran ce récit un peu méconnu issus des carnets personnels de l’auteur de LA TÂCHE et de LA PASTORALE AMÉRICAINE, que le cinéaste signe son film le plus personnel, où se déploie tout son art de la mise en scène, son goût des mots et des acteurs. Rarement le plaisir du jeu aura été aussi évident que dans ce film où les acteurs livrent une partition millimétrée : de Denis Podalydès en alter ego de Philip Roth, à Anouk Grinberg en épouse blessée, en passant par Emmanuelle Devos, tous sont formidables ; mais il faut saluer ici la prestation de Léa Seydoux, absolument bouleversante.

Film disponible en audiodescription.